Nouveau lévothyrox et torture

Lévothyrox, 10 morts, un suicide et torture

Témoignage

Témoignage

Témoignage

Lévothyrox Nouvelle Formule - J'ai cru que j'allais mourir...

Témoignages

Des victimes de la nouvelle formule du médicament pour la thyroïde racontent aux « Jours » leur souffrance, parfois niée, souvent minimisée.
 
« J’en peux plus (me dit elle) je voudrais mourir. Depuis que je suis passée sous la nouvelle formule du Levothyrox sur ordre du médecin, j’ai perdu toute dignité, mon autonomie, ma joie de vivre, mon indépendance… Je perds mes cheveux par poignée, je n’arrive plus à me lever ni à marcher, j’ai des troubles de l’équilibre, ma vue a baissé, j’ai mal à la tête très souvent, j’ai perdu l’appétit et le pire dans tout ça c’est que ma famille ne me croit pas (c’est psychologique qui disent), tout comme mon médecin. Je crois que je vais arrêter de prendre le traitement et me laisser mourir … »J’essaie de lui apporter tout le réconfort que je peux ayant été moi même touchée par les mêmes symptômes pendant plusieurs mois… Et là je lui dit
« Madame! Tapez du poing sur le bureau du Docteur et exigez l’ancienne formule » Et je lui ai inscrit sur un papier Euthyrox.J’ai vu dans son regard la joie
de voir que quelqu’un la comprenait mais au fond de moi je souffre de voir cette dégradation si rapide avec cette m… de nf !
 
« Il était tellement déterminé. Il ne supportait plus la souffrance. Il s’est donné la mort dimanche »
 
Plusieurs cas suspects pourraient être liés à la nouvelle formule, c’est en tout cas ce qu’affirme Ebdo, un nouveau média indépendant, une information démentie par l’ANSM.
 
Une Herblinoise raconte le « calvaire » qui l’a conduite « au bord du suicide », après un changement de traitement pour la thyroïde
.
 » Je me suis mise à pleurer pour tout et n’importe quoi, je n’ai plus goût à rien »

Souffrance et déni de l'ANSM

Nouveau levothyrox et décès

Plusieurs cas suspects pourraient être liés à la nouvelle formule, c’est en tout cas ce qu’affirme Ebdo, un nouveau média indépendant, une information démentie par l’ANSM.
 
« Je veux savoir pourquoi son cœur s’est arrêté. »

Négationnisme

Curieusement les plaignantes se font fait traitées d’hystériques, d’autant qu’il s’agit le plus souvent de femmes. Elles ont d’abord été méprisées par des médecins et des officiels qui les ont traitées de folles, de simulatrices, de déprimées, et ont accusé les réseaux sociaux de susciter une fausse polémique ! « A la pharmacie, on lui a dit que c’était juste le paquet qui avait changé ».  Trop de professionnels soumis à l’autorité (qui ne peut se tromper !) ont accusé les patients de manipulation ou de délire contagieux.
 
14 décès de patients qui prenaient du Levothyrox signalés, l'Agence du médicament nie tout "lien établi"
Mis en cause par l'enquête de l'hebdomadaire, l'ANSM a pour sa part confirmé les décès (précisant que 14 avaient été signalés) et réagi à travers une série de tweets, affirmant notamment qu'aucun "lien établi" ne pouvait être fait.
Mais, selon les révélations d'Ebdo, ces effets secondaires pourraient être sous-estimés. "Peut-être qu'en réalité il y a 300.000 effets secondaires...", témoigne auprès de l'hebdomadaire un cadre de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament). "C'est le bordel, cette affaire! Il y a un vrai problème de santé publique avec le Levothyrox." Un autre expert de l'ANSM confirme: "pendant des semaines, les autorités ont nié l'existence ou la gravité des effets secondaires liés à la nouvelle formule".
 
Il s’agit d’un réel scandale. L’obstination dans le déni des souffrances des gens, «l’enfumage» des autorités de santé pour nier à tout prix, minimiser l’existence de ces effets secondaires terribles - qui ne sont nullement « transitoires » et affectent des dizaines de milliers de personnes (voire des centaines de milliers) est inacceptable.
 
Face à ces symptômes, de nombreux médecins sont allés jusqu'à parler d'hystérie collective, niant les effets délétères du Levothyrox.

 

« les études de pharmacovigilance, que nous suivons de près, ne permettent pas, en l’état actuel des choses, de remettre en cause la nouvelle formule du Levothyrox ».
 
La ministre de la Santé a réagi à la polémique créée par le remplacement du médicament, dont la nouvelle formule provoque nombre d'effets secondaires.
 
Selon le géant pharmaceutique américain Merck, cependant, la très grande majorité des trois millions de patients ne ressentent aucun désagrément.
 
 « Effet nocébo», selon le médecin traitant

Ajouter un commentaire