Roaccutane / accutane / isotrétinoïne et torture

Mourir pour quelques boutons

Roaccutane le scandale continue

Roaccutane victime

Roaccutane

Le syndrome post-roaccutane peut durer des années après l’arrêt

"Prendre roaccutane a été la pire décision de ma vie, aujourd'hui, 7 ans après j'en paye encore le prix"

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Mourir pour une peau blanche

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Témoignage : dépression et dysfonction sexuelle

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Témoignage : accutane a détruit ma vie

Roaccutane

il le ligote, le bâillonne, lui passe un chalumeau devant le visage, puis lui coupe les poignets et les chevilles avec une scie à métaux. Le dermatologue se débat et l’égratigne avec un couteau. Peterson, «affolé et énervé», d’après ses dires, le plante alors de plusieurs dizaines de coups de couteau, dont certains au niveau de la tête. Le docteur succombe à une hémorragie.
 
De l’Europe aux États-Unis, des milliers de voix s’élèvent contre un médicament qui combat l’acné : le Roaccutane. Origine d’une dépression sévère, développant des ulcères, le médicament est aussi accusé de pousser les patients au suicide.
 
alexandre 17 ans mort a cause d’un medicament contre l’acne
Tous ses camarades, sa copine, ses enseignants, son généraliste, le dermatologue qui le suivait pour son acné, et tous les témoins entendus pendant l’enquête de police l’ont confirmé : Alexandre n’avait pas de souci, il souriait à la vie.
Et pourtant. Ce 2 juillet dernier, vers 2 h, il a emporté un tabouret de bar de la maison, un sac contenant deux cordes, puis est allé? se pendre. A la branche d’un arbre du parc de l’abbaye de Roseland. A 800 m de chez lui.

Torturé jusqu'au suicide : le père témoigne (anglais)

Ajouter un commentaire